» L’Asodia au Cambodge » Création d’une unité de transformation du soja
 

  • Plan du site
  •  

    Création d’une unité de transformation du soja

     
    L’ASODIA mène le volet agricole des accords de la coopération décentralisée passés entre la Région Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées en France et la Province de Battambang au Cambodge .

    Le Cambodge d’aujourd’hui est un pays fortement marqué par son histoire et par les structures sociales héritées de cette histoire. Après de nombreuses années de guerre, son économie, qui repose sur l’agriculture, le textile et le tourisme, s’est redressée et ouverte à l’international avec son adhésion à l’ASEAN (Association des Nations d’Asie du Sud-Est) en 1999, puis à l’OMC en 2004.

    En terme d’organisation, le Cambodge est un pays en cours de décentralisation dans lequel les services déconcentrés de l’État ne semblent pas disposer de moyens financiers et de services techniques d’appui au développement suffisants. Dans le domaine économique, l’État semble adopter des plans stratégiques et de développement qui sont mis en œuvre par des investisseurs privés (souvent étrangers), ou dans le cadre d’accords de coopération internationale s’appuyant sur de nombreuses ONG qui interviennent de façons dispersées. Le Ministère de l’Intérieur (en charge de la coopération), le Vice premier Ministre et les services de l’État cambodgien à Battambang (Gouvernorat, Bureau Provincial de l’Agriculture...) souhaitent engager une coopération avec la Région Midi-Pyrénées dans laquelle ils pourraient être partenaires. L’agriculture cambodgienne est extrêmement peu diversifiée, avec 90 % des surfaces agricoles consacrées à la culture du riz (soit 2,3 millions d’hectares). Aujourd’hui, la monoculture du riz n’est plus envisagée. Globalement, la productivité de l’agriculture cambodgienne reste faible : le produit brut moyen est estimé à 220 USD par travailleur et 280 USD par hectare. Malgré quelques gains, les rendements restent très faibles comparés aux pays voisins du Cambodge.

    Tout indique que la plupart des systèmes agraires cambodgiens sont en crise et ne parviennent plus à absorber le croît de population et les chocs économiques sans augmenter massivement la pauvreté rurale. L’agriculture cambodgienne est à la croisée des chemins, et des voies possibles divergentes s’ouvrent, des orientations stratégiques sont à prendre et celles-ci ne seront pas anodines car elles influeront sur le devenir du monde paysan (75% de la population), la protection de l’environnement et l’aménagement du territoire. L’émergence d’un secteur agro-industriel comme pilier de l’économie nationale est important. Toute augmentation de la productivité agricole devrait avoir un effet sur la réduction de la pauvreté .

    L’économie de la Province de Battambang repose sur l’agriculture avec 81 % de la population concernée. Malgré cette forte présence du secteur agricole, le développement de valeur ajoutée dans la Province ne se fait pas faute de moyens financiers, de ressources humaines et de compétences techniques nécessaires.

    Concrètement le projet va consister à créer un atelier de trituration du soja afin d’agir sur la maîtrise des facteurs de production, d’augmenter la valeur ajoutée produite par l’agriculture, de sécuriser le revenu des agriculteurs et de favoriser l’intégration au marché. Le développement d’une filière de diversification vers des systèmes de production agricoles performants et durables va être recherché. Il est également envisagé de s’engager vers la promotion d’une agriculture compétitive et structurée (appuis techniques et institutionnels, renforcement des capacités commerciales indispensables...).

    Le projet permettra à la Province de Battambang de lutter contre l’exode rural par le développement d’une agriculture familiale dynamique et performante (valorisations locales des productions végétales, créations d’élevages de poulets et de cochons...), travaillant en étroite collaboration avec un secteur agro-industriel, tout en préservant efficacement les ressources naturelles (biodiversité, eau, sol...). Un tel tissu, beaucoup plus dynamique et souple devrait être à même de s’adapter aux évolutions climatiques à venir et aux variations des opportunités de marché national et international.

    Objet du projet- Finalité
    Créer et ancrer localement une véritable chaîne de valeur en matière agricole permettant de répondre aux problématiques de l’exode rural, de la valorisation des productions végétales, de la création d’ateliers de productions animales et du revenu des agriculteurs.

    Objectifs spécifiques
    OS1 : Créer un atelier de trituration du soja. Pour cela, il s’agit de concevoir des hypothèses, d’assurer des missions d’expertises pour validation, d’élaborer un business plan et d’installer l’atelier (faisabilité technico-économique de l’atelier et création de l’outil).
    OS2 : Accompagner la mise en place d’élevages test pour l’utilisation du tourteau de soja dans l’alimentation animale (productions avicole et porcine) afin de démontrer aux éleveurs de la Province de Battambang des nouvelles opportunités techniques de productions animales permettant d’accroître leurs revenus.

    Bénéficiaires
    Les agriculteurs de la Province de Battambang qui valorisent les productions végétales (soja, maïs et manioc) et qui développement des ateliers de productions animales.
    La Province de Battambang qui appuie la création d’activités permettant de réduire l’exode rural.

    Résultats attendus
    R1 : Une unité de transformation du soja est fonctionnelle et permet la fabrication d’aliment du bétail à un coût permettant le développement des élevages.
    R2 : Les élevages tests permettent de démontrer aux professionnels de nouvelles techniques de productions permettant de faire progresser leurs revenus.
    R3 : Des informations sont collectées, analysées et capitalisées.

    Principales activités prévues
    A1 : Création d’une unité de transformation du soja.
    A2 : Mise en place d’élevages de démonstration. Former et renforcer les capacités les éleveurs (amélioration des itinéraires techniques des productions végétales, alimentation et santé du bétail....).
    A3 : Capitaliser et diffuser les résultats.

     
     

     
     
     
    Les autres articles de cette rubrique :
     
     

     
    Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter